L’histoire de notre travail sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) jusqu’à présent.

« Tout ce qui a trait à la création d’emplois, aux opportunités d’investissement, à l’accès aux marchés et à la mobilité de la main-d’œuvre fait partie de notre mandat quotidien. » ~ Représentant syndical.

Les syndicats africains s’engagent sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) et s’efforcent de faire progresser le travail décent et les droits des travailleurs dans les négociations et la mise en œuvre de l’accord aux niveaux national, sous-régional et régional.

Labour Research Service (LRS) et l’Organisation régionale africaine de la Confédération syndicale internationale (CSI-Afrique) collaborent pour aider les centres nationaux participants à défendre la ZLECAf dans leurs pays respectifs. Nous fournissons des ressources et un renforcement des capacités afin d’informer les politiques et stratégies syndicales pour la zone de libre-échange continentale.

Les affiliés de la CSI-Afrique ont des demandes spécifiques pour s’assurer qu’aucun travailleur n’est laissé pour compte au fur et à mesure du développement de la ZLECAF. Nous construisons des alliances avec des centres nationaux, des institutions académiques, des groupes de la société civile et, par le biais de la CSI-Afrique, des organismes syndicaux régionaux afin de faciliter l’action continentale sur un sujet complexe. Nous amplifions les positions et les demandes syndicales pour aider à construire une voix coordonnée sur la ZLECAF. Il est évident que le mouvement syndical améliore son profil et son influence sur ce sujet et qu’il revendique un espace dans les canaux de dialogue social existants.

Voici des extraits de l’évaluation à mi-parcours concernant l’influence des syndicats sur le commerce:

« Il existe quelques exemples de la manière dont les confédérations syndicales ont amélioré leur capacité à s’engager et à étendre leurs réseaux dans l’espace de la politique commerciale. Plusieurs répondants s’engagent désormais dans des plates-formes commerciales telles que les comités directeurs nationaux, le sommet des parlementaires du commerce d’Afrique de l’Est et le forum de l’AGOA. » ~ Extrait de l’évaluation à mi-parcours.

Au niveau national, les personnes interrogées ont déclaré que leur participation au projet ZLECAf avait accru leur légitimité et/ou leur crédibilité pour influencer les questions liées au commerce et au travail. Un représentant syndical explique :

« J’observe une volonté des gouvernements de vouloir écouter ce que nous avons à dire sur des questions telles que les dispositions relatives au travail envisagées dans les protocoles (de la ZLECAf), en particulier celles qui doivent encore être négociées. » ~ Représentant syndical partenaire.

Certains syndicats jouent également un rôle plus actif dans l’espace de la politique commerciale : par exemple, deux organisations se sont vu proposer des sièges dans les comités de pilotage au niveau national sur la ZLECAf. L’une d’entre elles explique ce que cela signifie pour elle en tant qu’organisation :

« Nous sommes désormais l’une des premières organisations à être consultées sur les questions liées à la ZLECAf et nos avis sont très appréciés. Nous avons également été invités à contribuer à l’élaboration d’un décret ministériel sur les travailleurs migrants. Nous avons été impliqués depuis la phase de rédaction jusqu’à sa publication. » ~ Représentant d’un syndicat partenaire.

Renforcer les capacités de défense des intérêts syndicaux dans le cadre de la ZLECAf

Équipe de recherche syndicale du ZLECAF à Johannesburg, juillet 2023

Neuf chercheurs rattachés aux centres nationaux de la CSI-Afrique dans huit pays africains ont approfondi leur compréhension du commerce et de la ZLECAF. En 2023, ils ont participé à trois cours de courte durée sur le commerce. Ces cours ont été organisés par Trade and Industrial Policy Strategies (TIPS) en Afrique du Sud et animés par le professeur Faizel Ismael, ancien négociateur en chef et ambassadeur de l’Afrique du Sud auprès de l’OMC.

« Je pense que même les personnes qui présentent ces sujets sont des experts dans ces domaines et c’est très bien. Ce sont des personnes qui n’ont pas seulement une perspective théorique de ces domaines, mais aussi un niveau d’expérience pratique et cette combinaison nous aide à surmonter les difficultés. ~ Représentant d’un syndicat partenaire.

Les chercheurs ont partagé leurs connaissances avec leurs membres par le biais de diverses activités de renforcement des capacités, élargissant ainsi les compétences commerciales sur le continent. Les chercheurs ont apporté leur éclairage lors d’ateliers et de forums, notamment lors de discussions sur les acteurs de l’économie informelle et la ZLECAf et sur les leçons tirées de l’AGOA pour les campagnes syndicales sur la ZLECAf.

« La qualité des informations obtenues grâce à ce projet est excellente. Elles nous aident grandement dans notre travail, car elles recoupent notre travail sur les engagements commerciaux. Nous nous sommes appuyés sur ces informations lorsque nous avons été appelés (par des parties prenantes) pour discuter de questions relatives à l’élaboration de politiques dans divers secteurs. Les informations que nous avons reçues (dans le cadre de ce projet) nous ont donné une perspective approfondie sur la ZLECAf et la capacité d’intervenir de manière adéquate en cas de besoin. » ~ Représentant syndical partenaire.

VOIR: Documents de recherche et publications des syndicats.

Des chercheurs syndicaux font une présentation à l’académie régionale de renforcement des capacités et d’engagement des syndicats sur les acteurs de l’économie informelle dans le commerce – le cas des femmes et des jeunes dans la ZLECAf, Novembre 2023, Kenya.

Le TUC du Ghana a renforcé ses capacités en matière de commerce et d’industrialisation, en insistant particulièrement sur l’importance de faire progresser le régionalisme développemental. Veiller à ce que les membres du TUC-Ghana soient bien informés et activement engagés dans les discussions commerciales est une priorité absolue dans nos efforts de plaidoyer concernant le ZLECAf. Nous collaborons au renforcement des capacités avec d’autres organisations, notamment le LRS et le Bureau national de coordination du ZLECAf, dont les responsables servent souvent de ressources pour l’éducation des travailleurs et les initiatives de sensibilisation au ZLECAf. Ces efforts contribuent également à renforcer notre connaissance des problèmes des opérateurs de l’économie informelle qui réalisent la majeure partie du commerce transfrontalier en Afrique de l’Ouest ». ~ Prince Asafu-Adjaye, directeur adjoint de la recherche et de la politique, Trades Union Congress (Ghana)

Le LRS, « mains, oreilles et yeux » des syndicats dans les mécanismes de dialogue social

Le directeur exécutif du LRS participe à la sous-commission du commerce du NEDLAC, l’organe statutaire du dialogue social en Afrique du Sud, offrant aux syndicats un aperçu des développements et de la dynamique des négociations de l’Accord de libre-échange continental africain (ZLECAf). Les syndicats sud-africains ont incité la NEDLAC à commander des recherches sur une clause sociale contenant des dispositions relatives au travail pour le ZLECAf. Les affiliés de la CSI-Afrique qui défendent l’agenda du travail décent dans le cadre de l’accord de libre-échange continental souhaitent que les États membres mettent en place des mécanismes formels de dialogue social. Le LRS soutient ce plaidoyer en renforçant les compétences des syndicats sur les questions commerciales à travers l’Afrique.

« Les deux tiers des négociations se déroulent au niveau national. Si nous ne pouvons pas influencer notre gouvernement national, alors nous avons gaspillé notre principale opportunité d’influence. »

Les syndicats s’engagent dans le lobbying et le plaidoyer sur le ZLECAf.

Les syndicats sont davantage conscients des droits que leur confère le ZLECAf. Ils peuvent se mobiliser pour revendiquer ces droits. Ils ont accru leur influence dans le contexte dans lequel ils travaillent. Ils disposent d’une base de ressources croissante sur le commerce international et l’investissement qui soutient le plaidoyer sur la ZLECAf, visant à une participation efficace dans un processus démocratique et transparent pour garantir les préoccupations et les intérêts des travailleurs dans le cadre de la zone de libre-échange continentale.

Nairobi Kenya/November 2023: Media conference after the ITUCAfrica programme on informal economy actors: the case of women and youth and the AfCFTA.

Les syndicats avancent à grands pas pour se donner les moyens de participer efficacement à l’élaboration et à la mise en œuvre de la ZLECAf et de l’influencer.

  • Mobilisation des organisations de travailleurs: les syndicats se sont mobilisés, notamment au Ghana (TUC), au Nigeria (NLC), au Rwanda (CESTRAR), en Namibie (TUCNA), au Tchad (UST) et au Kenya (COTU).
  • Initiatives au niveau sous-régional: Le SATUCC (Conseil de coordination des syndicats d’Afrique australe) et l’OSTAC (Organisation syndicale d’Afrique centrale) ont entamé des efforts pour préparer les syndicats à s’engager dans la ZLECAF et contribuer activement à amplifier la voix des travailleurs dans la mise en œuvre de l’accord à travers leurs régions respectives. L’OSTAC a publié des déclarations plaidant en faveur de l’implication dans les organes de mise en œuvre de la ZLECAf aux niveaux de la CEEAC et de la CEMAC (communautés économiques régionales), soulignant la nécessité d’un renforcement continu des capacités et de campagnes de sensibilisation parmi les membres des syndicats.
  • Renforcement des capacités de la CSI-Afrique: La CSI-Afrique a organisé un événement continental pour renforcer les capacités des femmes et des jeunes acteurs syndicaux africains, en se concentrant sur la compréhension des questions de commerce et d’investissement liées à l’industrialisation, à la création d’emplois et au développement durable dans le cadre de la ZLECAf.
  • Intérêt et préparation croissants: On constate une augmentation notable de l’intérêt et de la préparation des centrales commerciales nationales à participer aux activités liées au ZLECAf, ce qui indique l’expansion des réseaux de solidarité et la volonté de s’engager aux niveaux national, sous-régional et régional.

« La participation au projet est passée d’un point d’intérêt à un autre. Les gens s’intéressent aux informations sur le commerce, aux théories économiques qui l’entourent et aux actualités sur ses pratiques, ses opportunités et ses défis ». ~ Représentant d’un syndicat partenaire.

« Nous collaborons actuellement avec des partenaires syndicaux en Tunisie et au Kenya, où nous partageons des informations. Nous examinons les pays pilotes où la ZLECAf est mise en œuvre, et nous partageons avec eux les meilleures pratiques et les enseignements tirés. » ~ Représentant d’un syndicat partenaire.

Podcast « Un travail d’amour

Un podcast du LRS explorant le monde du travail pour les acteurs de la société civile et des syndicats en Afrique.

Ecoutez sur Spotify.

 

ARTICLES CONNEXES

 

Nelly Nyagah

Nelly Nyagah is the Head of Communications at Labour Research Service.

Principales Ressources

Pays Présentés

Aperçu

Liens Utiles